Detained Peace Academic Tuna Altınel talked to Evrensel: Bully for me if I was able to cover a tiny bit of ground

Associate Professor Dr. Tuna Altınel, who is one of the academics to be prosecuted for signing the “We will not be party to this crime” declaration and has been detained, says with refence to the declaration, “I’m proud to be part of it.”

Cliquez pour la traduction Française

Fatih POLAT

Detained peace academic Associate Professor Dr. Tuna Altınel replied to our questions prior to the first hearing at which he will appear on 30 July. We discussed various matters with Altınel, whom we spoke to via his attorney, ranging from prison conditions to the peace declaration and his thoughts about the future.

Associate Professor Dr. Ahmet Tuna Altınel, a faculty member of Lyon-1 University and one of the academics being prosecuted on “terrorist organization propaganda” charges for having signed the Academics for Peace declaration titled “We will not be party to this crime,” was detained on account of a lecture he gave in France. Altınel, who was arrested and detained one day later in Balıkesir where he had gone on 10 May 2019 to obtain information about a restriction on his passport, has been in Kepsut L-Type Prison since that day. He thinks Turkey’s future will not be easier than today, says, “We must continue undaunted” and adds, “If I need to stop in some way and have the opportunity to turn and look back and can say ‘I was able to cover a tiny bit of ground,’ bully for me.”

First, please accept my commiserations, doctor. If we start with prison conditions, can you talk a bit about the environment you’re in?

Initially, I thank you for providing me with this opportunity for an interview. I’m staying in a dormitory along with thirteen inmates in the L-Type Closed Prison in Balıkesir’s Kepsut sub-province. The word “dormitory” might give the wrong impression so let me convey one or two details. The place we’re living is a two-storey boarding house. On the ground floor there’s a common area and there are two rooms, toilets and showers. There’s also a courtyard adjoining it. The top floor is accessed from an eighteen-step staircase. There are five rooms on this floor. There are two bunk beds in each room and just now two inmates live in each room. Everywhere in the closed space is accessible twenty-four hours to everyone. Going out into the courtyard is possible from about 7.30 am to about 7.30 pm. Meals are eaten in the common area on the entrance floor. Those who wish to can do this in their room or another possible area. Lunch and dinner are prepared in bulk while breakfasts are very light. There’s a system that impels people to buy breakfast materials from the canteen, like it or not. The other meals are not bad. But they are very oily having too much carbohydrate and very little protein. It’s also possible to order fruit and vegetables, know as the “external canteen” in prison jargon. Slips for this are given to the administration every Tuesday. If there are no hitches, what’s bought from the things asked for is handed out on Fridays. Hitches happen. There are times when the administration itself gives out vegetables. Access to reading material at the prison is pretty good from certain viewpoints. For example, alongside the mainstream media such as Cumhuriyet or Karar (if any such thing is left, of course), no issue is made over Evrensel and Birgün. There’s a library full of nice surprises. On the other hand, I’m consumed with the thought that special effort is frequently made to complicate our lives. I suppose the basic problem is that we’re in a penal execution system that denies we’re human.  Yes, people live under E-10. I used the term “inmate” with regard to their status under the law. Were I to go into a bit more detail, there are five detained, myself included, and nine convicted people. There is a type of dormitory known in prison language as “independent” or “neutral” where E-10 politicals stay. The reason each one of the dormitory inhabitants is here is the problem about which some say, “There’s no such problem” but I for my part see as being the country’s most fundamental problem. And, I think if this country were more peaceful, more just and more democratic none of us would be here. We numbered thirteen in total when I entered prison on 11 May. We’ve been through one release and then two new “staffers” came and we attained our current number. We’re a fairly young bunch. I’m the oldest in the dormitory. I’m in my fifty-fourth year. One more of the mates I’m currently together with is of the same age. He’s been in jail for seven years. More correctly, in jails. An inmate aged 42 comes next. We’ve served the least time. The other mates are aged between 22 and 32. There are some who’ve done at least ten years’ jail time among that young bunch.

Each of my dormitory mates have their different story, their stories. I’ve listened, listen and will listen to each one. They’ve been comrades, guides and instructive to me. They show more with each passing day how meaningful the struggle we try to contribute to is. They can never be rewarded.

Had you thought that the Peace Declaration could have had such an effect and grabbed such attention?

I guessed that the Peace Declaration would elicit the harshest of reactions from those at the top of the state, and the signatories would be singled out and suffer duress of different kinds. But the word “academic” entered our politicians’ language following the brave show these two thousand or so people put up and has not receded since. I hadn’t expected this and I’m proud to be part of it.

The novel “Uncle Petros and Goldbach's Conjecture” by Apostolos Doxiadis, which speaks of mathematical geniuses devoting their lives to the pursuit of a problem, influenced me greatly. Your manner of defending the text in the trial conjured up this situation for me. Would you describe that decision of yours to sign this text in a few sentences by way of summary?

Devoting one’s entire life or a small but important part of it to a problem is also a characteristic, not just of geniuses, but of average but profession-loving, living mathematicians like me. I’m sure every person who experiences this sense of devotion to any work also leads a similar life. I had spent five days in Diyarbakır a few weeks before the Peace Declaration and I had stayed at a hotel in the section of Sur that was blockaded. I made the acquaintance of and spoke to people of different profiles, I sensed the atmosphere and in a way experienced it. At that time, more than one hundred intellectuals came to Diyarbakır on 30 December 2015 and held meetings. They marched in Melik Ahmet Street and they also read out a declaration. I had the opportunity of observing the disappointment the declaration imposed on those from Diyarbakır who had prepared this get-together. The anxiety to criticize all parties equally in the declaration was the chief reason for this disappointment. There was no such problem with the Peace Declaration that came in its wake. It was conscious of where the pleas and criticism had to be addressed and did so openly. Let me end my reply with a quote from my defence: “I did not just sign the Peace Declaration. I thought it, felt it and lived it. I am behind every sentence of it.”

Word from the prison you’re in includes such things as you giving French and English lessons in the mornings and learning Kurdish in the evenings. How do your days pass there?

My days are actually pretty full. On days on which there are no interruptions that are demanding in time terms such as visitations and lawyers’ visits, I have a more or less established routine. I get up early in the morning and exercise. Then there’s cleaning, breakfast and the morning count. Care is taken to keep the dormitory quiet from twelve midnight until twelve noon. I work until noon. My work may consist of studying law in view of my two trials, preparing language lessons and reading and writing Kurdish. There is the evening count as 8 pm approaches. Then I have dinner. That usually happens on my own. The evening serving comes at around 5.30 pm and is handed out. I look at the papers (Evrensel, Birgün, Cumhuriyet, Karar). I return to my work. My students ask questions even if outside lessons and I try to assist. Their excitement, desire and ability to learn also encourages and strengthens me. We shake the walls around us by joining hands. Perhaps one day we’ll manage to knock them down entirely.

“ARE TUNA AND ZEKI EQUAL BEFORE THE LAW?”

What if I ask about the relationship between your prison days with a mathematician’s systemism? Are there anecdotes you can pass on from this point of view?

I have not until now yet dealt with prison life directly with mathematics. But I have had the opportunity to see the benefit of certain forms of thinking and going about things that come from doing mathematics. The example of this I encounter most frequently is language lessons. I think I can get grammar across more systematically and easily. My students have noted on several occasions that they grasp it more quickly, too. Anecdotes? Even if not directly to do with mathematics, there’s a story that comes to mind in this context. Having done a mathematics doctorate, the word “doctor” is frequently pronounced along with my name. An inmate with health problems thought I was a physician and would pose health-related questions. And I, by way of joke, would say, “My science is different.” Then, with a report about “mathematics associate professor Tuna Altınel” appearing in a newspaper, he came and said, “Doctor, I thought you were a medical doctor.” Of course, not just anecdotes happen in jail. There are various and very serious problems. I will let you into one that moves me greatly. The crux of the problem is the moving of detainees to very distant provinces with video links as a pretext. Hundreds of kilometres are traversed between defendant and their attorney and the right to defence is restricted in a very severe way. Let me give an example. Zeki Kolcuoğlu, with whom I share my room, is from Silopi. His family is still there. He has a very sensitive case. It fluctuates between Articles 312 and 314 of the Turkish Penal Code. His trial is being held in Cizre and his attorney is there, too. Nobody is trailing here and back. Zeki is trying to manage the trial with a ten-minute phone call he has with his family once a week. Are Tuna and Zeki now equal before the law?

How do you see Turkey’s future in terms of the struggle for peace, justice and democracy that took you as far as Çağlayan and Kepsut Prison while teaching in Lyon in France?

A future awaits us that is not easier than the period we’re living through. We must continue undaunted. If I need to stop in some way and have the opportunity to turn and look back and can say “I was able to cover a tiny bit of ground,” bully for me.

Do you have a message to send from the inside to the outside – however outside the box - before your first hearing slated for 30 July?

Solidarity spawns life, solidarity spawns freedom.

(Translated by Tim DRAYTON)


TRADUCTION FRANÇAISE

Académicien pour la paix détenu, Tuna Altınel a parlé à Evrensel :  « J’ai pu faire ne serait-ce que l’once d’un petit pas »

Dr. Tuna Altınel, qui est l’un des universitaires poursuivis pour avoir signé la déclaration « Nous ne serons pas complices de ce crime » et qui a été arrêté, dit en référence à la déclaration : « Je suis fier d'en faire partie ».

Fatih POLAT

Tuna Altınel a répondu à nos questions avant son audience du 30 juillet. Nous avons parlé de divers sujets, par l'intermédiaire de son avocat, de ses conditions de détention, de la déclaration pour la paix et de ses pensées sur l'avenir.

Dr. Ahmet Tuna Altınel (HDR), membre du corps professoral de l'Université Lyon I et l'un des universitaires poursuivis pour « propagande en faveur d’une organisation terroriste » pour avoir signé la déclaration « Nous ne serons pas complices de ce crime », a été arrêté au motif qu’il avait participé à une conférence organisée en France. Altınel a été arrêté et détenu le 11 mai 2019 à Balıkesir où il s'était rendu la veille pour obtenir des informations sur l’interdiction qui lui avait été notifiée de quitter le territoire turc ; il se trouve à la prison de type L de Kepsut depuis ce jour. Il pense que l'avenir de la Turquie ne sera pas plus facile qu'aujourd'hui, dit : « Nous devons continuer sans découragement » et ajoute : « Au cas où je doive m'arrêter pour une raison ou une autre, alors, regardant le chemin parcouru, si au moins je peux me dire « J’ai pu faire ne serait-ce que  l’once d’un petit pas », je serai déjà très heureux».

D'abord, veuillez s'il vous plaît accepter toutes mes commisérations, docteur. Si nous commençons par les conditions de détention, pouvez-vous nous parler un peu de l’environnement dans lequel vous vous trouvez ?

Tout d'abord, je vous remercie de m'avoir donné l'occasion de m’accorder cet entretien. Je suis dans un dortoir avec treize détenus dans la prison de type L de l’arrondissement de Kepsut, département de Balıkesir.  Le nom du dortoir est « E-10 », donc bâtiment E, numéro 10. Le mot "dortoir" peut être trompeur, alors laissez-moi vous donner quelques détails. L'endroit où nous vivons est comme une pension à deux étages. Au rez-de-chaussée, il y a un espace commun, deux chambres, des toilettes et des douches. Il y a aussi une cour tout à côté. On accède à l'étage par un escalier de dix-huit marches. Il y a cinq chambres à cet étage, deux lits superposés dans chaque chambre. A l'heure actuelle, deux détenus vivent dans chaque chambre. La totalité de l’espace fermé est accessible 24 heures sur 24 à tous. Sortir dans la cour est possible de 7h30 à 19h30 environ. Les repas sont pris dans l'espace commun au rez-de-chaussée, ceux qui le souhaitent peuvent manger dans leur chambre ou dans un autre endroit admis. Le déjeuner et le dîner sont préparés en vrac tandis que les petits déjeuners sont très légers. Il y a un système qui incite les gens à acheter le nécessaire de petit-déjeuner à la cantine, que cela leur plaise ou non. Les autres repas ne sont pas mauvais, mais trop gras, riches en glucides et très peu en protéines. Il est également possible de commander des fruits et légumes, ce qu'on appelle la "cantine extérieure" dans le jargon carcéral. Des bordereaux à cet effet sont remis à l'administration tous les mardis. Ce que l'on a pu acheter est distribué le vendredi, s'il n'y a pas d'accrocs. Les accrocs arrivent. Il y a des moments où l'administration elle-même distribue des légumes. L'accès à la lecture en prison est assez bon d’un certain point de vue. Par exemple, à côté des médias grand public comme Cumhuriyet ou Karar (s'il en reste, bien sûr), aucun souci pour accéder à Evrensel et à Birgün. Il y a une bibliothèque avec pleine de belles surprises. D'un autre côté, je suis préoccupé par la pensée que des efforts particuliers sont souvent déployés pour nous compliquer la vie. Je suppose que le problème fondamental est que nous sommes dans un système d'exécution pénale qui nie que nous sommes des humains.  Oui, à « E-10 » les gens vivent. J'ai utilisé le terme « détenu » pour parler de leur statut en vertu de la loi. Si j'entre un peu plus dans les détails, il y a cinq détenus, y compris moi-même, et neuf personnes condamnées. « E-10 » est un type de dortoir connu dans le langage carcéral comme "indépendant" ou "neutre" où séjournent les détenus politiques. Le problème au sujet duquel certains disent : "Il n'y a pas de problème de ce genre", est la raison pour laquelle chacun des résidents du dortoir est ici, à « E-10 », en revanche pour ma part c’est le problème le plus fondamental du pays. Et je pense que si ce pays était plus pacifique, plus juste et plus démocratique, aucun de nous ne serait ici. Nous étions treize au total lorsque je suis entré en prison le 11 mai. Une personne a été libérée, puis deux nouveaux sont arrivés et nous avons atteint le nombre actuel. Nous sommes une bande assez jeune. Je suis l'aîné du dortoir. J'en suis à ma 54ème année. L'un des compagnons avec qui je suis en ce moment a le même âge, il est en prison depuis sept ans, plus exactement dans des prisons. Vient ensuite un détenu de 42 ans, il est incarcéré pour ses messages sur les réseaux sociaux. Les autres ont entre 22 et 32 ans ; il y en a qui ont environ dix ans de prison parmi ces jeunes. Chacun de mes camarades de dortoir a une histoire différente, des histoires différentes. J'ai écouté, j'écoute et j'écouterai chacun. Ils ont été des camarades, des guides et des instructeurs pour moi. Ils montrent de plus en plus, chaque jour qui passe, à quel point la lutte à laquelle nous essayons de contribuer est significative. Jamais ils ne seront récompensés comme il le mériterait.  

Aviez-vous pensé que la Déclaration de Paix (déclaration des universitaires pour la paix) aurait pu avoir un tel effet et attirer une telle attention ?

J'ai deviné que la Déclaration de paix susciterait les réactions les plus dures de la part des dirigeants de l'État, et que les signataires seraient isolés et subiraient des pressions de toutes sortes. Mais le mot "universitaire" est entré dans la langue de nos politiciens à la suite de l’action courageuse de ces quelque deux mille personnes qui ont supporté et n'ont pas reculé depuis. Je ne m'y attendais pas et je suis fier d'en faire partie.

Le roman d'Apostolos Doxiadis "Uncle Petros and Goldbach's Conjecture", l’histoire des génies mathématiques qui consacrent leur vie à la poursuite d'un problème, m'a beaucoup influencé. Votre façon de défendre la déclaration pendant le procès m'a fait penser à cette situation. Décrivez votre décision de signer ce texte en quelques phrases en guise de résumé.

Consacrer toute sa vie ou une petite mais importante partie de sa vie à un problème est aussi une caractéristique, non seulement des génies, mais aussi des mathématiciens moyens mais passionnés de leur profession qui vivent leur profession comme moi. Je suis sûr que chaque personne qui éprouve un tel sentiment de dévouement pour n’importe quel travail, mène aussi une vie similaire. J'avais passé cinq jours à Diyarbakır quelques semaines avant la Déclaration de Paix et j'avais séjourné dans un hôtel dans la section non-interdite de Sur (le quartier était sous blocus durant ces jours).

J'ai fait la connaissance de personnes de profils différents et j'ai parlé avec elles, j'ai senti l'atmosphère et, je l'ai vécue d'une intense manière. A cette époque, le 30 décembre 2015, plus d'une centaine d'intellectuels se sont rendus à Diyarbakır et ont tenu des réunions. Ils ont marché dans la rue Melik Ahmet et ils ont fait une déclaration. J'ai eu l'occasion d'observer la déception que la déclaration imposait à ceux qui avaient préparé cette rencontre à Diyarbakır. Le souci de critiquer également toutes les parties dans cette déclaration a été la principale raison de cette déception. Il n'y a pas eu de problème de ce genre avec la Déclaration pour la paix qui a suivi. Elle était claire quant à son destinataire, à qui les critiques devaient être adressés et elle l'a fait ouvertement. Permettez-moi de terminer ma réponse par une citation de ma défense : "Je n’ai pas seulement signé la Déclaration de Paix. Je l'ai pensé, senti et vécu. Je suis derrière chaque phrase."

Nous avons entendu que vous donnez des cours de français et d'anglais le matin et que vous apprenez le kurde le soir. Comment se passent vos journées ?

Mes journées sont bien remplies. Les jours où il n'y a pas d'interruptions qui prennent du temps, comme les visites et les entretiens avec les avocats, j'ai une routine plus ou moins établie. Je me lève tôt le matin et je fais de l'exercice. Ensuite, il y a le ménage, le petit-déjeuner et le comptage du matin. On veille à ce que le dortoir reste silencieux de minuit à midi. Je travaille jusqu'à midi. Mon travail peut consister à étudier le droit en vue de mes deux procès, à préparer des cours de langue et à lire et écrire le kurde. D'habitude le repas arrive vers midi. Entre 14h et 16h on fait le cours de français avec deux amis. Il y a le comptage du soir vers 20 heures. Ensuite, je dîne, la plupart du temps tout seul. Le service du soir a lieu vers 17h30. Je regarde les journaux (Evrensel, Birgün, Cumhuriyet, Karar). Je retourne à mon travail. Mes élèves posent des questions même en dehors des cours et j'essaie de les aider. Leur enthousiasme, leur désir et leur capacité d'apprendre m'encouragent et me renforcent également. Nous ébranlons les murs autour de nous, la main dans la main. Peut-être qu'un jour, nous parviendrons à les démolir complètement.

"TUNA ET ZEKI SONT-ILS ÉGAUX DEVANT LA LOI ?"

Et si je vous posais des questions sur la relation entre vos jours en prison et la systématique des mathématiques ? Y a-t-il des anecdotes que vous pouvez transmettre de ce point de vue ?

Je n'ai pas fait jusqu'à présent quelque chose liée aux mathématiques dans ma vie carcérale. Mais j'ai eu l'occasion de voir les avantages de certaines formes de pensée et d'action qui découlent de la pratique des mathématiques. L'exemple que je rencontre le plus souvent est celui des cours de langue. Je pense que je peux faire passer la grammaire plus systématiquement et plus facilement. Mes élèves ont remarqué à plusieurs reprises qu'ils le saisissent aussi plus rapidement. Des anecdotes ? Même si ce n'est pas directement lié aux mathématiques, il y a une histoire qui vient à l'esprit dans ce contexte. Ayant fait un doctorat en mathématiques, le mot "docteur" est souvent prononcé en même temps que mon nom. Un détenu qui avait des problèmes de santé croyait que j'étais médecin et qu'il me poserait des questions sur ma santé. Et moi, pour plaisanter, je dirais : "Ma science est différente." Puis, avec un reportage paru dans un journal disant "professeur associé de mathématiques Tuna Altınel", il est venu et a dit, "Docteur, je pensais que vous étiez un médecin". Bien sûr, il n'y a pas que les anecdotes en prison. Il y a des problèmes divers et très graves. Je partagerai avec vous un qui m'émeut beaucoup. Le nœud du problème est le déplacement des détenus vers des provinces très éloignées au motif qu’il existe un système de visioconférence (SEGBİS). Des centaines de kilomètres sont parcourus entre l'accusé et son avocat et le droit à la défense est restreint de manière très sévère. Permettez-moi de donner un exemple. Zeki Kolcuoğlu, avec qui je partage ma chambre, est de Silopi, sa famille est toujours là-bas. Il a une affaire très sensible. Il fluctue entre les articles 312 et 314 du Code pénal turc. Son procès a lieu à Cizre et son avocat y est aussi. Personne ne fait l'aller-retour. Zeki essaie de gérer le procès avec un appel téléphonique de dix minutes avec sa famille une fois par semaine. Tuna et Zeki sont-ils maintenant égaux devant la loi ?

Comment voyez-vous l'avenir de la Turquie en termes de lutte pour la paix, la justice et la démocratie ; cette lutte qui vous a mené jusqu'à Çağlayan et à la prison de Kepsut, alors que vous étiez enseignant à Lyon en France ?

Un avenir qui n'est pas plus facile que la période que nous vivons nous attend. Nous devons continuer sans se décourager. Mais au cas où je doive m'arrêter pour une raison ou une autre, alors, regardant le chemin parcouru, si au moins je peux me dire « J’ai pu faire ne serait-ce que l’once d’un petit pas », je serai déjà très heureux».

Avez-vous un message à envoyer à l'extérieur – si on peut dire l’extérieur - avant votre première audience prévue pour le 30 juillet ?

La solidarité fait vivre, la solidarité libère.

Subscribe to Evrensel...